Urbanisme

Photo du profil de Fédération de Paris du Parti Socialiste

Fédération de Paris du Parti Socialiste

Paris, métropole mondiale mais aussi espace de vie des parisiens, de leur quartier, de leur vie quotidienne, où ils vivent et travaillent…

Paris, qu’ils aiment pour sa puissance d’innovation et de création en même temps que comme formidable miroir de l’Histoire et du Patrimoine…

Mais Paris, ville lumière, est aussi une ville d’exclusions : des disparités sociales et urbaines Est/Ouest inadmissibles, une politique de logement ségrégationniste et inadaptée aux besoins des Parisiens, une circulation automobile omniprésente et de graves pollutions. Cette situation est le produit d’une politique de droite qui a défendu un urbanisme autoritaire et affairiste, marquée par une absence totale de gestion démocratique et de transparence. On mesure le prix de l’absence d’alternance politique à Paris depuis 25 ans.

Rompre avec un système étouffant, à bout de souffle, inventer les formes d’une nouvelle gouvernance, approfondir la démocratie locale, mettre en œuvre un nouveau projet urbain, solidaire et partagé, porteur de nouvelles conceptions, de nouvelles méthodes, de nouvelles pratiques, tel est l’enjeu de demain pour Paris.

POUR VIVRE PLEINEMENT PARIS, UN PROJET URBAIN SOLIDAIRE, UN PROJET URBAIN PARTAGE

Quelles politiques de gestion foncière, du logement, d’accès aux services publics de proximité, d’appui aux activités économiques suscitera, accompagnera un projet urbain véritablement durable et solidaire, c’est à dire économe des ressources vitales et protecteur des personnes, en particulier les plus fragiles…

Comment rééquilibrer le développement entre l’ouest et l’est de la capitale ?

Comment intégrer les cités dans les quartiers et dans la ville, lutter contre les ségrégations, assurer partout une présence égale des services et des activités ?

Comment assurer aux enfants, aux personnes âgées, aux personnes handicapées la place qui leur revient, et comment plus largement, combattre les exclusions économiques, sociales et spatiales à l’œuvre dans Paris ?

Quelle gouvernance pour la métropole, Paris intra-muros, ses quartiers ? Comment assurer, à ces échelles, la cohérence indispensable à l’avenir en même temps que les décisions décentralisées garantes d’efficacité pour la vie quotidienne ? Quels rôles pour les élus ?

Paris métropole rassemble 7 millions d’habitants, soit la population de New-York ou de l’agglomération de Londres. C’est là que se joueront de plus en plus la régulation de l’urbanisation, le développement des grands services publics, les infrastructures, l’avenir économique… Comment progresser vers plus de responsabilité intercommunale ?

Paris intra-muros, la ville la plus dense d’Europe avec ses 2,1 millions d’habitants sur 105 kilomètres carrés, est capitale économique mondiale en même temps qu’organisatrice des solidarités et des services urbains pour tous les Parisiens… Quelles méthodes, quels moyens pour mener le changement urbain ?

Comment organiser le pouvoir de Paris, quelle application pour la loi PML ? Comment faire vivre la démocratie et la citoyenneté ?

Paris-quartiers : espaces de vie et de gestion de proximité pour les Parisiens. Comment développer la concertation avec tous les Parisiens ? Quels moyens pour les associations et leurs projets ? Faut il des ateliers d’urbanisme et revoir le rôle de l’APUR ?

Comment préserver la richesse patrimoniale de Paris sans muséifier ? Comment, avec les Parisiens, accompagner le renouvellement urbain, l’évolution des modes des vie et des activités en préservant la diversité historique et culturelle des quartiers ?

Que faire des ZAC et des SEM, du POS-PLU et des POS spécifiques de quartiers protégés comme ceux de la Butte aux Cailles ou du Faubourg St Antoine ? Quelle politique pour l’hyper centre ? Comment revaloriser sans trahir les berges de la Seine et la Concorde, la ceinture des Maréchaux et le périphérique ? Les Portes de Paris ? Les Grands boulevards ? Quel sort pour Paris-Rive-Gauche ?

POUR MIEUX RESPIRER ET SE DÉPLACER : REPENSER LES CIRCULATIONS, LES DÉPLACEMENTS ET LES TRANSPORTS

Un tiers de la superficie de Paris est occupé par des voiries et des espaces publics. L’hégémonie de l’automobile y est toujours réelle. Les rééquilibrages récents affichés par la Mairie de Paris en faveur de modes et d’usages alternatifs demeurent très largement factices.

Les Parisiens ont chaque jour davantage conscience de la gravité des enjeux et de la nécessité d’agir.

Selon l’INSEE, un tiers des Parisiens interrogés dit avoir souffert de problèmes de santé dus à la qualité de l’air en 1997. Cette proportion, très supérieure à la moyenne un changement dans les mentalités, une timide remise en cause du tout automobile, de l’immobilisme très largement responsable du niveau insupportable de la pollution de l’air, du bruit, de l’asphyxie progressive de Paris.

Pour une ville vivable, durable, comment impulser des politiques fortes et nouvelles en matière de déplacements et de transports, comment restreindre la part de l’automobile au profit de modes alternatifs ?

Enjeux de solidarité ensuite, parce que l’accès à la mobilité est une condition de l’insertion économique et sociale, du citoyen.

Lutte contre les handicaps, accès de tous, en particulier des plus fragiles et des personnes à faibles ressources à la mobilité, quelles politiques solidaires d’accès aux déplacements et aux transports pour tous, quel développement des transports publics ?

Il y faudra, avec les Parisiens, une attentive écoute des besoins, de l’inventivité, et une volonté de solidarité, notamment par des aménagements, une meilleure accessibilité des transports, des mesures de tarifications et des réglementations adaptées…

Alors que leurs besoins de déplacements augmentent, les Parisiens accentuent leurs demandes d’autres usages et d’autres partages des voiries et des espaces publics.

Quelles réponses à leurs attentes concernant les berges de la Seine, la couverture du périphérique, les accès aménagés à la petite ceinture ferroviaire, la remise à jour de la Bièvre, les gares ferroviaires et leurs abords ?

Quelle gestion globale des voiries pour revaloriser les activités, les commerces et les loisirs sur les boulevards parisiens en déclin, boulevards des maréchaux et grands boulevards par exemple ?

Quelles politiques de stationnement, que faire des quartiers tranquilles et autres  » zones 30 « , quel développement d’itinéraires pour les cycles, les rollers, quelle valorisation des trottoirs ?

Quelle politique de développement des parcs, des jardins publics, des espaces sportifs pour les jeunes et les adultes ?

Alors que les besoins économiques de l’agglomération appelleraient l’usage raisonné de la voie d’eau et du fret ferroviaire, l’engorgement du trafic routier est maintenant proche de la paralysie à Paris et en zone dense : 2,5 millions d’entrées et sorties quotidiennes de Paris, 700 000 voitures en circulation pour 200 000 places disponibles en surface. Et pendant ce temps les bus, surchargés n’avancent pas. Et pendant ce temps les habitants peinent à trouver des solutions raisonnables de parking résidentiel…

Quelle politique pour le fret, quels usages pour la Seine, quelle place à Paris aux livraisons, aux taxis, aux cars touristiques ? Quels aménagements, quels accès, quelles réglementations ?

Contactez la Fédération de Paris du Parti socialiste

Vous avez une question sur notre projet ? Vous voulez nous rejoindre, ou simplement vous informer ? Vous pouvez nous poser toutes vos questions ici !

En cours d’envoi

Abonnez-vous à la lettre d’information


Boîte à outils

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?