Questions-Réponses pour la culture à Paris – Théâtre, Arts de la piste, Marionnettes

Patrick Bloche

LA CULTURE EN MOUVEMENT
Synthèse du rapport général issu des travaux de la Commission Fédérale Culture
Patrick BLOCHE et François ADIBI

Ce document est la synthèse du rapport général qui comprend les fiches concernant : les ateliers d’écriture cinéma, la mode, le marché et les métiers d’art, le patrimoine immobilier, la francophonie, les apports du métissage culturel, les pages culture interactives pour les sites Internet, et « la culture peut créer plus d’emplois que le high-tech ».

12 Théâtre, Arts de la piste, Marionnettes

  • Quand Paris peut se targuer d’être la capitale du théâtre, quelles initiatives faut-il rapidement prendre pour conforter son théâtre privé ?

Le parc parisien des théâtres privés : Paris, capitale des théâtres, dispose d’un parc unique pour les capitales d’Europe de 43 Théâtres privés soit 53 salles, associés sous forme de syndicat. Ce parc de salles, complété par d’autres salles privées , soit 108 salles, constitue la plus grande concentration de théâtres au monde. Certaines de ces salles sont aidées par le  » Fonds de Soutien aux Théâtres Privés « , association financée à hauteur de 21,3 M de francs par l’Etat et 16,5 M de francs par la Ville de Paris.
Entretien et restauration : De nombreux théâtres privés sont dans l’incapacité de prendre seuls en charge les frais d’entretien et de restauration du patrimoine immobilier souvent classé que constitue le siège de leur exploitation . La municipalité doit les y aider.
Suppression de la taxe professionnelle : La suppression de la taxe professionnelle pour les entreprises culturelles parisiennes a été décidée cette année par l’actuelle majorité, sous l’impulsion du groupe socialiste. Cette suppression, applicable dès 2001, devra être pérennisée.
Communication et révision des concessions : La municipalité devra s’atteler à la révision des concessions passées entre l’actuelle majorité municipale et la société gestionnaire des colonnes Morris et des mâts, supports indispensable de leur communication.
Conquête d’un nouveau public : De nouvelles modalités incitant un nouveau public à acheter des places de théâtre devront être mises en place, en remplacement de certaines opérations ponctuelles actuellement organisées.

  • Quelles propositions pour décentraliser la politique culturelle théâtrale de la municipalité sur l’ensemble
    des arrondissements parisiens ?

Etat des lieux des théâtres municipaux : A ce jour, seuls existent le Théâtre du Châtelet, le Théâtre Sarah Bernhardt (Théâtre de la Ville), le Théâtre Molière, le Théâtre des Abbesses et seulement 5 Théâtres d’arrondissement ( 5ème, 13ème, 14ème, 15ème et 19ème ). Aucun projet de construction ou de transformation de lieu existant n’est prévu.
Centres culturels polyvalents : on peut envisager, pour chacun des arrondissements périphériques, un centre culturel polyvalent, concédé ou en gestion directe, œuvrant, dans le cadre d’un cahier des charges strict, au développement culturel des quartiers de Paris (en étroite relation avec les associations et mouvements collectifs). Beaucoup de lieux, propriété de la Ville, existent déjà et sont peu ou pas exploités, d’autres sont à imaginer. Cette décentralisation de la politique culturelle municipale sur les arrondissements par l’ouverture ou le développement de véritables centres culturels polyvalents de quartiers est indispensable pour que soit redistribuée équitablement l’offre de diffusion culturelle.

  • 2001 est l’ Année du cirque : à cette occasion, Paris ne pourrait-il pas trouver un moyen pour palier au manque d’équipement circassien ?

4000 m² pour le cirque : Avec une fréquentation de près de 10 millions de spectateurs par saison, les cirques français participent à la dynamique culturelle nationale, en proposant des spectacles tous publics et de plus en plus créatifs. 2001 est l’année du cirque en France. Pourtant, intra muros, les artistes de cirque – et plus généralement les artistes se produisant sous chapiteau – ne peuvent prétendre être programmés qu’au Parc de la Villette, établissement financé par l’Etat.
Pour pallier cette carence d’équipement, la ville de Paris devrait proposer à la trentaine de compagnies d’Ile de France travaillant sous chapiteau, mais aussi à toutes les équipes petites et grandes travaillant partout en Europe, un site susceptible de leur offrir le confort et la sécurité nécessaire pour leur exploitation parisienne. La mise en place d’un tel site nécessite une surface capable d’accueillir simultanément deux chapiteaux, soit environ 4000 m2. Une programmation habile, renouvelant le style des spectacles proposés au public tout au long de l’année, s’adresserait enfin aux Franciliens de tous âges : un objectif comparable à celui de la Villette, soit 135 représentations, devrait être raisonnablement atteint. Ce site permettrait également de répondre aux vœux des directeurs de cirques européens, florissants en Allemagne, en Suisse et en Italie.

  • L’art, enfin reconnu, de la marionnette, ne mérite t-il
    pas qu’enfin Paris s’y intéresse et que proposer pour répondre aux enfants, aux adultes et aux professionnels ?

Théâtre de la marionnette à Paris : La marionnette est un art théâtral à part entière. Afin de soutenir la création contemporaine, mais aussi l’histoire et les techniques de la marionnette, une structure intitulée  » Théâtre de la Marionnette à Paris  » lieu permanent, a été imaginée par des professionnels, des associations, des collectivités territoriales.
Préfigurée depuis 8 ans par une fédération de compagnies, la structure propose, par saison, à 20000 spectateurs de tous âges des productions contemporaines de qualité.
Biennale internationale de la marionnette : Une programmation annuelle pour tous, enfants et adultes ; une biennale internationale permettant la confrontation avec les autres pays ; des actions vers les scolaires et associations diverses ; un centre de documentation ; une galerie d’exposition ; une ouverture vers le cinéma d’animation ; un accueil en résidence par saison ; des interventions hors les murs ; un rayonnement sur la région. Les 75 compagnies professionnelles d’Ile de France, attendent que s’ouvre enfin à elles la possibilité de pratiquer à Paris un art millénaire dont la modernité n’est plus à démontrer.
Acteur du métissage culturel, par l’utilisation d’un code de langage universel, multiple dans ses formes ( film d’animation, théâtre d’ombre, marionnette à gaine et à fil, objets articulés, acteurs – marionnettes, etc.), cet art mal connu mérite une vraie grande maison de la marionnette.

Tags:

Contactez la Fédération de Paris du Parti socialiste

Vous avez une question sur notre projet ? Vous voulez nous rejoindre, ou simplement vous informer ? Vous pouvez nous poser toutes vos questions ici !

En cours d’envoi

Abonnez-vous à la lettre d’information


Boîte à outils

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?