Logement

Photo du profil de Fédération de Paris du Parti Socialiste

Fédération de Paris du Parti Socialiste

Paris, c’est 80 000 demandes de logement en souffrance
Le logement social suffira-t-il à répondre
à la demande des Parisiens ?

Le logement social suffira-t-il à répondre à la demande des Parisiens ?

Paris compte 1,1 million de résidences principales, dont 195 000 logements sociaux, type HLM. Des centaines de familles sont en attente d’un logement depuis plus de 10 ans. La construction sociale s’est effondrée depuis 1992. De 2 000 constructions annuelles, seulement 700 ont été réalisées en 1998 par la municipalité parisienne.

Louis BESSON, secrétaire d’État au logement du Gouvernement de Lionel JOSPIN, a signé un protocole avec la Ville de Paris pour la construction de 2 000 logements sociaux par an pendant 5 ans, dont 1 000 à loyer minoré, 1 000 logements étant construits par des organismes extérieurs à la Ville, avec le soutien de l’État.

Mixité sociale

La concentration excessive dans certains arrondissements de Paris des logements sociaux est un facteur de déséquilibre sociologique.
Les 13e, 19e et 20e arrondissements concentrent plus de 50 % des logements sociaux et très sociaux de Paris, soit 100 000 logements.
Les 1er, 2e, 3e, 6e, 7e et 16e arrondissements comptent 7 000 logements sociaux. La construction de logements sociaux dans le centre et l’ouest de Paris est une nécessité, tout en développant un habitat intermédiaire dans le nord-est parisien.
Maintenir l’âme faubourienne de certains quartiers parisiens est une priorité face à la reprise de la spéculation immobilière.
L’accession à la propriété demeure une aspiration des franciliens. A Paris, les mesures facilitant l’accession, type prêt à 0 % sont peu adaptées. L’accession sociale à la propriété peut être un facteur d’ascension et de mixité sociale.

Le parc privé : contraintes économiques et rôle social

À Paris intra muros, le recours aux bailleurs privés demeure malheureusement une solution à un coût excessif. Les loyers repartent à la hausse et sont supérieurs à un prix moyen de 85 F le m2. Le loyer moyen reste deux fois plus élevé qu’en province.
Suivant le recensement, plus de 100 000 logements du secteur privé seraient aujourd’hui inoccupés. On peut estimer que 10 000 d’entre eux sont directement habitables.
Le statut du bailleur privé, présenté par Louis BESSON, apporte une réponse concrète pour la mobilisation de ces locaux vides.

Paris n’est pas à l’abri des copropriétés en crise, certaines d’entre elles se dégradent et sont confrontées à des difficultés de gestion mettant en péril le devenir des occupants et la qualité de l’habitat.

Immeubles insalubres, la honte !

Les taudis existent encore à Paris. Trop de locataires, trop de familles vivent dans des immeubles insalubres. À Paris, 1 200 immeubles sont placés sous surveillance et font l’objet de visites régulières par la Préfecture.

Le saturnisme, maladie d’un autre temps, handicape de nombreux enfants occupant ces immeubles. La Ville de Paris loge elle-même dans des immeubles acquis lors d’opérations d’aménagement urbain des familles dans des conditions inacceptables.

L’exploitation de la misère sociale par des marchands de sommeil est d’actualité.

Mettre fin à l’exploitation des personnes et permettre leur relogement est une nécessité.
Permettre la réhabilitation des immeubles dans le but de conserver un parc privé à vocation sociale complète l’offre de logements sociaux.

Éradiquer le saturnisme et résorber en 5 ans l’habitat insalubre constituent deux priorités majeures d’une autre politique du logement à Paris.

Contactez la Fédération de Paris du Parti socialiste

Vous avez une question sur notre projet ? Vous voulez nous rejoindre, ou simplement vous informer ? Vous pouvez nous poser toutes vos questions ici !

En cours d’envoi

Abonnez-vous à la lettre d’information


Boîte à outils

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?