Il y a 100 ans au Congrès de Tours, le discours de Léon BLUM

Fédération socialiste de Paris



En décembre 1920, la gauche française vit un événement fondamental de son histoire, à travers la scission de la SFIO lors de son 18e congrès à Tours : la tendance « majoritaire » du parti créera la SFIC, ou Parti communiste français, et celle des « minoritaires », refusant les 21 conditions de Lénine, maintiendra la « vieille maison » socialiste. 🌹

Léon BLUM : « Je demande au congrès d’avoir égard à ce qu’il y a d’ingrat dans la tâche que mes camarades m’ont confiée devant une assemblée dont la résolution est arrêtée, dont la volonté d’adhésion est fixée et inébranlable.

J’ai à défendre une motion qui conclut au refus d’adhésion pur et simple et j’ai à exposer les raisons qui nous ont déterminés, mes amis et moi, à prendre cette attitude.

Vous savez à quel point de vue nous sommes placés, les uns et les autres. Le IIe congrès international qui s’est tenu à Moscou au mois de juillet dernier a eu visiblement le caractère d’une sorte de congrès constituant. (Bruit)

J’ai naturellement une voix très faible. Je suis très fatigué, comme vous tous, et il me serait matériellement impossible de surmonter, par la force de mon gosier et de mes poumons, le tumulte et les interruptions violentes.

Donc, le IIe congrès international de Moscou avait eu de toute évidence le caractère d’une sorte de congrès constituant. Sur tous les terrains, au point de vue doctrinal comme au point de vue tactique, il a énoncé un ensemble de résolutions qui se complètent les unes les autres et dont l’ensemble forme une sorte d’édifice architectural, entièrement proportionné dans son plan, dont toutes les parties tiennent les unes aux autres, dont il est impossible de nier le caractère de puissance et même de majesté.

Vous êtes en présence d’un tout, d’un ensemble doctrinal.

Dès lors la question qui se pose à tous est la suivante : acceptez-vous ou n’acceptez-vous pas cet ensemble de doctrines qui ont été formulées par le congrès de l’Internationale communiste ?
Et accepter – j’espère qu’il n’y aura aucune divergence de pensée sur ce point – accepter, cela veut dire accepter dans son intelligence, dans son cœur et dans sa volonté ; cela veut dire accepter avec la résolution de se conformer désormais d’une façon stricte dans sa pensée, dans son action dans la nouvelle doctrine qui a été formulée.

Toute autre adhésion serait une comédie, indigne de l’Internationale communiste et indigne du Parti français.

Vous êtes en présence d’un ensemble. Il n’y a même pas lieu d’ergoter sur tel ou tel point de détail. Il s’agit de voir la pensée d’ensemble, la pensée centrale. Si vous acceptez avec telle ou telle réserve de détail, peu importe. On ne chicane pas avec une doctrine comme celle-là. Mais si vous en contestez des parties essentielles, alors vraiment vous n’avez pas le droit d’adhérer avec des réticences, avec des arrière-pensées ou avec des restrictions mentales. Il ne s’agit pas de dire : “J’adhère”, mais du bout des lèvres, avec la certitude que tout cela est une plaisanterie, et que demain, le Parti communiste continuera à vivre ou à agir comme il le faisait hier.

Nous sommes tous d’accord pour rejeter de pareilles interprétations. (Applaudissements) Le congrès peut nous en croire. Avec un effort d’impartialité intellectuelle et de probité que personne ici ne contestera, nous nous sommes placés en face du problème et nous nous sommes dit, étudiant les textes de l’Internationale communiste, ses thèses, ses statuts – et je ne reviens pas sur les difficultés et les lenteurs vraiment excessives avec lesquelles on nous a livré, les uns et les autres, les éléments de discussion et de connaissance : “Pouvons-nous ou non accepter ?”

Pour nous, en effet, accepter, ce serait accepter vraiment, dans toute la force et la puissance du terme. »

Pour lire l’intégralité du discours de Léon Blum
Tours, 1920

Adhérer 🌹 Donner ✍️ S’informer 📲

Tags:

Contactez la Fédération de Paris du Parti socialiste

Vous avez une question sur notre projet ? Vous voulez nous rejoindre, ou simplement vous informer ? Vous pouvez nous poser toutes vos questions ici !

En cours d’envoi

Abonnez-vous à la lettre d’information


Boîte à outils

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?